Accueil

Le Cercle d'Aikido et de Budo vous accueille dans son dojo
le mardi de 19h à 21h30 et jeudi de 19h à 21h30, le vendredi de 19h30 à 21h00
dans la salle d'évolution de l'école préscolaire Prince Sébastien à Bertrange.

Enfants à partir de 7 ans le vendredi de 18h30 à 19h30


8 Bonnes raisons de se mettre à l’aïkido

 

E

n japonais, aïkido signifie littéralement « voie de l’énergie et de l’harmonie ». Normal, puisque cet art martial ne se pratique pas contre l’autre, mais avec lui ! Ici, il n’y a pas d’adversaire, mais un partenaire dont il convient avant tout de neutraliser l’agressivité, le but étant de calmer plutôt que de frapper. On pratique à mains nues, ou bien avec des armes (sabre en bois ou bokken, bâton ou Jo, couteau ou tanto). Leur utilisation est sans danger puisque, non seulement elles sont en bois, mais leur emploi est très codifié, afin d’éviter tout risque de blessures. Pour preuve, les pratiquants ne portent pas de protections. Petit ou grand, débutant ou confirmé, chacun peut donc tirer profit de cet entraînement.

     

    1. Il aide les enfants à mieux connaitre leur corps…

L’apprentissage de l’aïkido peut commencer dès l’âge de 6 ou 7 ans, de façon ludique. Activité socialisante, elle favorise la découverte du corps, la maîtrise de l’équilibre, la coordination et la latéralisation, sans oublier la découverte de valeurs morales à travers un code bien précis (politesse, sincérité, respect, amitié, contrôle de soi).


    2. … et renforce le cœur

La séance d’entraînement se déroule de manière progressive. Après un échauffement collectif fait d’assouplissement et de préparation, on aborde les enchaînements à deux. D’abord lentement, puis de plus en plus vite, pour arriver à un rythme très intense. Lors de l’attaque, on tente d’utiliser les mouvements du partenaire pour le projeter au sol ou l’immobiliser. Ces mouvements sont répétés plusieurs fois avant d’inverser les rôles. Résultat, un excellent cardio-training. La fin du cours invite à un retour au calme grâce à des mouvements respiratoires et à des étirements.


    3. La concentration, l’équilibre et la coordination d’améliorent

Règle numéro un de l’aïkidoka : se déplacer et observer pour l’endroit et le moment précis qui lui permettront d’utiliser la force de son partenaire pour la dévier, la retourner contre lui et provoquer ainsi son déséquilibre. D’où la nécessité d’être vigilant, d’avoir suffisamment développé son sens de l’équilibre et une bonne coordination.


    4. On gagne en souplesse et en sensibilité

L’aïkido requiert une souplesse à la fois articulaire et musculaire. Les torsions, les rotations et les déplacements sollicitent toues les articulations, tandis que les chutes exigent une grande décontraction musculaire. Progressivement, on apprend à se détendre pour gagner en amplitude et en puissance.


    5. Il tonifie le corps

L’aïkido renforce tout l’organisme et notamment, la ceinture abdominale, indispensable pour la stabilité et les rotations du bassin. Il sollicite les muscles des hanches, les fessiers et les quadriceps (muscles de la cuisse) utilisés dans les mouvements de flexion et d’extension des jambes. Le haut du corps n’est pas en reste : les épaules et les bras sont tonifiés par les nombreuses saisies et prises, et par le maniement du bâton ou du sabre en bois quand on pratique avec une arme.


    6.Il redresse le dos…

L’alignement du haut et du bas du dos est indispensable pour permettre au corps de bouger en harmonie. Les muscles et la colonne vertébrale s’en trouvent renforcés et permettent ainsi un bon maintien de l’épine dorsale.


    7. … et améliore la respiration

Omniprésente, la respiration abdominale facilite une meilleure ventilation et augmente la capacité pulmonaire. Lente et profonde, elle s’accompagne généralement d’une expiration sonore par contraction du diaphragme pour aider les pratiquants à souffler au bon moment.


    8. Pour l’esthétique

Les mouvements fluides, les enchaînements variés, parfois étonnamment rapides, donnent à cet art un esthétisme fascinant. Une sorte de chorégraphie pratiquée en kimono ou keikogi blanc. Les aïkidokas les plus avancés se drapent dans le hakama, sorte de jupe-culotte très ample, noire ou bleu marine. Côté ceinture, elle est blanche ou noire : contrairement au judo où elle change de couleur en fonction du niveau, ici, aucun signe ne montre que l’on progresse en grade kyu. Au total, six kyu (validés par deux examens annuels) séparent la ceinture blanche de la noire.

 


"Le chemin de l’aïkido est illimité. Je suis encore et continuellement un pratiquant" (O Seinsei)
 
 
 
 
 

Dominique Pierre

publié le 4 oct. 2015 à 11:40 par Eric Contet   [ mis à jour : 9 mai 2016 à 02:59 ]

Attention !

Prochain module Aikido-armes sous la direction de Dominique Pierre mardi 24 Mai 2016 de 19h00 à 21h30, à la place du mardi 30 mai.

1-1 of 1